Source d’inspiration et de questionnement …

L’an 2000, Année internationale de la culture de la paix (résolution des NU A/RES/52/15), a été le point de départ d’une mobilisation exceptionnelle : voir l’exposition de l’AICP. A cette occasion particulière, un mouvement mondial pour une culture de la paix a été initié par les Nations Unies dans le but de créer une  » grande alliance  » de mouvements existants qui unisse et fédère tous ceux qui travaillent déjà pour une culture de la paix dans les huit domaines d’action. Ce mouvement se développe à présent dans le cadre de la Décennie internationale de la promotion d’une culture de la non-violence et de la paix au profit des enfants du monde (2001-2010) (résolution des NU A/RES/53/25).

En tant qu’organe de coordination de l’Année internationale de la culture de la paix (résolution des NU E/1997/47) et organisation chef de file pour la Décennie , l’UNESCO (résolution des NU A/55/47) a développé un site web interactif (www.unesco.org/cp) permettant aux acteurs du mouvement mondial de promouvoir leurs initiatives et d’échanger des informations et des ressources pour une meilleure interaction. Plus de 75 millions d’individus et des milliers d’organisations locales, nationales et internationales représentant plus de 160 pays en font déjà partie (voir la rubrique « qui participe déjà »). (source)

Un chemin à suivre ….

La Culture de la paix : qu’est-ce que c’est ?

Selon la définition des Nations Unies, la culture de la paix est un ensemble de valeurs, attitudes, comportements et modes de vie qui rejettent la violence et préviennent les conflits en s’attaquant à leurs racines par le dialogue et la négociation entre les individus, les groupes et les Etats (résolutions des Nations Unies A/RES/52/13 : culture de la paix et A/53/243 : Déclaration et Programme d’action sur une culture de la paix). Pour que la paix et la non-violence prévalent, il nous faut :

  • renforcer une culture de la paix par l’éducation : par la révision des programmes d’enseignement afin de promouvoir des valeurs, des comportements et des modes de vie qui vont dans le sens d’une culture de la paix tels que la résolution pacifique des conflits, le dialogue, la recherche de consensus et la non-violence. Une telle approche éducative devrait par ailleurs être dictée par les objectifs suivants:
  • promouvoir le développement économique et social durable : par la réduction des inégalités économiques et sociales, l’éradication de la pauvreté, la sécurité alimentaire durable, la justice sociale, des solutions durables aux problèmes de la dette, l’autonomisation des femmes, des mesures spéciales pour les groupes aux besoins particuliers, la durabilité environnementale,…
  • promouvoir le respect de tous les droits de l’homme : les droits de l’homme et la culture de la paix sont complémentaires : lorsque la guerre et la violence prédominent, il est impossible d’assurer les droits de l’homme; de la même façon, sans droits de l’homme, sous toutes leurs formes, il ne peut exister de culture de la paix…
  • assurer l’égalité entre les femmes et les hommes : par la pleine participation des femmes dans la prise de décision économique, sociale et politique, par l’élimination de toutes les formes de discrimination et de violence contre les femmes, par l’appui et l’aide aux femmes qui se retrouvent dans le besoin,…
  • favoriser la participation démocratique : parmi les fondations indispensables à la réalisation et au maintien de la paix et de la sécurité figurent des principes, des pratiques et une participation démocratique dans tous les secteurs de la société, un gouvernement et une administration transparents, la lutte contre le terrorisme, la criminalité organisée, la corruption, les drogues illicites et le blanchiment d’argent…
  • développer la compréhension, la tolérance et la solidarité : pour abolir les guerres et les conflits violents, il faut transcender et dépasser les images de l’ennemi par la compréhension, la tolérance et la solidarité entre tous les peuples et toutes les cultures. Apprendre de toutes nos différences par le dialogue et l’échange d’informations est un processus qui ne peut être qu’enrichissant…
  • soutenir la communication participative et la libre-circulation de l’information et des connaissances : la liberté de l’information et de la communication et le partage de l’information et des connaissances sont indispensables pour une culture de la paix. En même temps, des mesures doivent être prises pour contrecarrer la promotion de la violence par les médias, y compris par les nouvelles technologies de l’information et de la communication…
  • promouvoir la paix et la sécurité internationales : les acquis de ces dernières années en matière de sécurité humaine et de désarmement – dont les traités concernant les armes nucléaires et le traité contre les mines anti-personnelles – devraient nous encourager dans nos efforts en ce qui concerne, par exemple, la négociation de règlements pacifiques des différends, l’élimination de la production et du trafic illicite d’armes, les solutions humanitaires dans les situations de conflit, les initiatives visant à remédier aux problèmes qui surgissent après les conflits…

« Les guerres prenant naissance dans l’esprit des hommes,

c’est dans l’esprit des hommes que doivent être élevées les défenses de la paix… »

Acte constitutif de l’UNESCO, 1945

(source )